Kontakt

Fragen? Kontaktieren Sie uns!

Contact

Questions? Contact us!

Contacter

Des questions ? N'hésitez pas à nous contacter !

Resultate / 
utilisation
Results / 
utilisation
Resultats / 
utilisation

»

Nombre d’alertes

 «

Dans chacun des quatre pays, le dispositif d’alerte a recueilli l’an passé des signalements pour plus de la moitié des entreprises interrogées (illustration 46). En l’occurrence, il existe des différences nettes selon la taille de l’entreprise : plus l’entreprise est grande, plus la probabilité d’alerte est importante (voir graphiques nationaux).

L’analyse statistique montre par ailleurs que les signalements sont nettement plus fréquents chez les entreprises actives à l’étranger et chez les entreprises du secteur public. Les dispositifs d’alerte des entreprises françaises sont ceux qui reçoivent le moins d’alertes.

Lors de la dernière étude qui a été menée seulement en Suisse, 29% des grandes entreprises n’avaient reçu aucune alerte en 2017. Dans l’enquête de cette année, la proportion est nettement plus élevée, avec 40%. Aucune alerte ou un faible nombre d’alertes peut être un indice qu’il existe moins d’actes répréhensibles ou aucun acte répréhensible du tout dans une entreprise. D’un autre côté, cela pourrait provenir d’un échec du dispositif d’alerte dû, par exemple, à un manque de notoriété ou à une méfiance de la part des parties prenantes. Les données disponibles ne permettent pas encore d’expliquer clairement les raisons.

En observant plus précisément le nombre d’alertes, on constate que les entreprises, tous pays et tailles d’entreprise confondus, ont reçu 52 alertes en moyenne l’an dernier. Là encore, la taille de l’entreprise exerce une influence décisive : plus une entreprise est grande, plus le dispositif  recueille des alertes. Les grandes entreprises reçoivent en moyenne 65 alertes par an contre 16 pour les PME.

On observe par ailleurs que les canaux d’alerte spécialisés – c’est-à-dire la hotline téléphonique/le centre d’appels, l’application mobile, les médias sociaux et les plateformes digitales – font augmenter le nombre d’alertes. Les entreprises dotées de ces dispositifs d’alerte reçoivent plus de signalements que les entreprises qui misent sur des canaux classiques (visite personnelle, courrier/fax, e-mail et téléphone). Les analyses approfondies montrent aussi clairement que le nombre d’alertes reçues augmente lorsque les canaux de communication sur le dispositif d’alerte sont nombreux.