Kontakt

Fragen? Kontaktieren Sie uns!

Contact

Questions? Contact us!

Contacter

Des questions ? N'hésitez pas à nous contacter !

Resultate / 
decision
Results / 
decision
Resultats / 
decision

»

Les raisons qui plaident pour l’introduction d’un dispositif d’alerte

 «

Comme le montrent les différents graphiques nationaux, les raisons pour lesquelles les entreprises décident d’instaurer un dispositif d’alerte sont diverses. La volonté de renforcer l’image d’entreprise éthique et intègre a constitué chez une majorité d’entreprises et ce dans tous les pays une motivation importante, de même que le souci d’éviter des préjudices financiers. En comparaison, les obligations légales ou la pression des parties prenantes jouent un rôle plutôt mineur.

Les 3 grandes raisons pour mettre en place un dispositif d’alerte :

Nous avons introduit un dispositif d’alerte parce que …

Tous les pays

  1. nous voulons renforcer notre image d’entreprise éthique et intègre.
  2. nous voulons éviter les préjudices financiers.
  3. nous sommes convaincus des avantages et de l’efficacité d’un dispositif d’alerte.

Allemagne

  1. nous voulons renforcer notre image d’entreprise éthique et intègre.
  2. nous sommes convaincus des avantages et de l'efficacité d’un dispositif d’alerte.
  3. nous voulons éviter les préjudices financiers.

France

  1. nous voulons éviter les préjudices financiers.
  2. nous sommes convaincus des avantages et de l’efficacité d’un dispositif d’alerte.
  3. nous voulons être la référence dans notre secteur d’activité.

Grande-Bretagne

  1. nous voulons renforcer notre image d’entreprise éthique et intègre.
  2. nous nous y sentons obligés envers nos collaborateurs.
  3. nous voulons être la référence dans notre secteur d’activité.

Suisse

  1. nous voulons renforcer notre image d’entreprise éthique et intègre.
  2. nous voulons éviter les préjudices financiers.
  3. nous sommes convaincus des avantages et de l’efficacité d’un dispositif d’alerte.

En Grande-Bretagne, les résultats auprès des PME interrogées mettent en évidence un schéma similaire à celui des grandes entreprises. Dans les autres pays en revanche, les différences sont parfois notables. Ainsi, par exemple, « l’engagement vis-à-vis des collaborateurs » et le désir « d’être une référence » ont influencé plus fortement les grandes entreprises allemandes et françaises que les PME. Par ailleurs, la volonté d’instaurer une culture du dialogue (speak up) grâce au dispositif d’alerte a joué dans les PME allemandes interrogées un rôle inférieur à celui exercé dans les grandes entreprises. Le constat est identique en ce qui concerne la volonté d’instaurer un programme de conformité professionnel avec un dispositif d’alerte. Les grandes entreprises sont soumises à une pression plus forte des parties prenantes qui les poussent à introduire un système d’alerte. Parmi les entreprises suisses interrogées, il s’avère que près d’un tiers des PME ne voient pas dans « la pression des parties prenantes » un motif pour introduire un dispositif d’alerte tandis que seulement 15% des entreprises interrogées rejettent clairement ce motif.