Kontakt

Fragen? Kontaktieren Sie uns!

Contact

Questions? Contact us!

Contacter

Des questions ? N'hésitez pas à nous contacter !

Resultate / 
conception
Results / 
conception
Resultats / 
conception

»

Canaux de signalement

 «

Les entreprises interrogées proposent à leurs lanceurs d’alerte différentes possibilités pour entrer en contact avec l’instance responsable au sein de l’entreprise. En l’occurrence, on distingue les canaux de signalement généraux et spécialisés. Les canaux classiques de signalement incluent la visite personnelle à l’instance responsable, le courrier postal, le fax et l’e-mail ainsi que le contact par téléphone. Est considéré comme un canal de signalement spécialisé la hotline téléphonique/le centre d’appels accessible 24h sur 24 et encadré par du personnel formé, contrairement au canal de recueil des alertes par téléphone. Les applications mobiles et les médias sociaux dédiés au signalement des actes répréhensibles ainsi que les plateformes digitales d’alerte font également partie des canaux spécialisés.

Globalement, les canaux classiques de signalement, la plupart du temps moins chers, sont les plus répandus. En l’occurrence, des différences entre les pays sont évidentes : plus de 70% des entreprises allemandes, britanniques et suisses proposent une adresse e-mail dédiée à cet effet alors que ce n’est le cas que dans la moitié des entreprises françaises. Il apparaît par ailleurs que les entreprises allemandes offrent nettement plus fréquemment à leurs informateurs la possibilité de rencontrer personnellement les personnes en charge du dispositif d’alerte. Il est intéressant également de constater que les entreprises britanniques mettent en place nettement plus fréquemment (45%) une hotline téléphonique et une plateforme digitale d’alerte (39%) que les entreprises implantées dans les trois autres pays. En Allemagne, la plateforme digitale d’alerte est encore moins répandue, avec une proportion de 24%.

Tous pays confondus, 30% des entreprises ont introduit une plateforme digitale d’alerte. Le chiffre est de 33% pour les grandes entreprises et de 21% pour les PME.

Il est peu surprenant de constater que, dans chacun des quatre pays, les grandes entreprises ont instauré davantage de canaux d’alerte spécialisés (voir graphiques nationaux). Les PME privilégient les canaux classiques de signalement ; et en particulier, la visite personnelle aux responsables des dispositifs d’alerte ainsi que le contact par téléphone qui y sont nettement plus répandus que dans les grandes entreprises.

L’enquête a révélé que tous pays et toutes tailles d’entreprise confondus, les entreprises proposent en moyenne trois canaux d’alerte. L’Allemagne est leader dans ce domaine : 72% des entreprises proposent au moins trois canaux d’alerte à leurs informateurs pour signaler des actes répréhensibles avérés ou supposés. En Suisse et en Grande-Bretagne, c’est le cas pour une bonne moitié des entreprises, tandis qu’en France, seulement 37% disposent d’au moins trois canaux d’alerte.