Contacter

Des questions ? N'hésitez pas à nous contacter !

 Resultats / actes reprehensibles

»

Observation

 «

Comportements illégaux et contraires à l’éthique dans les entreprises

(Chart: see chart 1)

Les résultats de l’étude indiquent que dans chacun des quatre pays, plus d’un tiers des entreprises interrogées sont concernées par des actes répréhensibles, c’est-à-dire des comportements illégaux ou contraires à l’éthique. Un tel comportement, qui peut être préjudiciable à l’entreprise, mais aussi commis supposément à son insu, viole les dispositions (légales) en vigueur (par exemple falsification de données financières, espionnage industriel, corruption, subornation, vol, fraude et détournement de fonds) ou les principes éthiques d’une société (par exemple exploitation ciblée des différences de législation internationale, notamment dans le domaine de l’écologie, du droit du travail ou de la législation fiscale). Par rapport aux autres pays, c’est dans les entreprises allemandes interrogées que les actes répréhensibles se produisent le plus fréquemment, avec pas moins de 43%, suivies par les entreprises britanniques (40%), les entreprises françaises (38%) et enfin les entreprises dont le siège social se trouve en Suisse (35%).

L’analyse statistique plus approfondie met cependant en évidence que la taille de l’entreprise exerce dans ce contexte une influence plus importante que le pays d’origine de l’entreprise. En conséquence, dans tous les pays, les grandes entreprises interrogées sont davantage concernées que les PME. Ainsi l’an dernier, la moitié des grandes entreprises allemandes interrogées ont découvert au moins un cas qui s’est avéré effectivement illégal ou contraire à l’éthique (voir graphiques nationaux). En France, le chiffre était de 42% et en Grande-Bretagne de 46% des grandes entreprises.

Comparativement à l’édition 2018 du Rapport sur les alertes qui se limitait à la Suisse, on constate une augmentation de sept points, à près de 40%, de la proportion des grandes entreprises suisses touchées par des actes répréhensibles.

Par ailleurs, l’analyse montre que parmi les entreprises interrogées, les comportements illégaux ou contraires à l’éthique sont plus fréquents dans les entreprises qui opèrent à l’international que dans celles qui opèrent dans leur pays respectif.

(Chart: see chart 2)
(Chart: see chart 3)
(Chart: see chart 4)
(Chart: see chart 5)

Préjudice financier

(Chart: see chart 6)

Dans le cadre de l’étude, l’analyse a porté non seulement sur les actes répréhensibles qui peuvent toucher les entreprises mais aussi sur le préjudice total qui en a résulté en 2018. Par préjudice total, on entend toutes les charges financières que les actes répréhensibles font peser directement sur les entreprises interrogées ainsi qu’à la suite de leur détection et de leur traitement, y compris l’ensemble des conséquences matérielles et immatérielles.

Comme c’est le cas avec la probabilité d’être touché par des actes répréhensibles, un lien se dessine aussi clairement entre le montant du préjudice et la taille de l’entreprise : plus une entreprise est grande, plus généralement le préjudice financier total causé par des actes répréhensibles est important (voir graphiques nationaux). Il apparaît par ailleurs que les entreprises suisses ont certes tendance à être plus rarement touchées par des actes répréhensibles mais que les préjudices financiers pour les entreprises concernées sont généralement plus élevés que dans les trois autres pays.

(Chart: see chart 7)
(Chart: see chart 8)
(Chart: see chart 9)
(Chart: see chart 10)